dans les bois éternelsMon avis :

Pas la peine de vous faire le chapitre sur Fred Vargas et son merveilleux Adamsberg. Je dois être l'une des dernières lectrices de polar à les découvrir... Et évidemment, je n'ai pas commencé la série dédiée au célèbre commissaire dans l'ordre !

J'adore tellement ce héros que j'ai demandé sur ma liste au Père Noël/anniversaire la série complète. Et comme le Père Noel est un "gars sérieux" (mais ça, ce n'est pas moi qui le dit. Notre petite Adèle, du haut de ses cinq ans, a considéré qu'il avait rempli sa part de contrat haut la main à Noël dernier ! et donc, "c'est un gars sérieux sur qui on peut compter"...), bref, revenons à nos moutons, ce "gars sérieux" a veillé à ce que je possède la collection complète des Adamsberg. J'avais lu "Dans les bois éternels" entre temps. Et qu'est-ce que c'est bien !!! C'est même excellent !

Pour allècher les derniers innocents qui n'auraient encore jamais lu Fred Vargas, voici un petit extrait (parce qu'en plus d'être excellent, c'est aussi très drôle) :

"Robert eut un regard vers le patron, puis revint vers le commissaire.
- C'est un horsin, expliqua-t-il à voix basse.
- C'est-à-dire ?
- Il est pas d'ici. Il vient de Caen.
- Caen, ce n'est pas la Normandie ?
Il y eut des regards, des moues. Fallait-il ou non informer le montagnard d'un sujet aussi intime ? Aussi douloureux ?
- Caen, c'est la Basse-Normandie, expliqua Angelbert. Ici, t'es dans la Haute.
- Et c'est important ?
- Disons que ça ne se compare pas. La vraie Normandie, c'est la Haute, c'est ici. [...]
- Attention, compléta Robert, là-bas, dans le Calvados, ils vont te prétendre le contraire. Mais faudra pas les croire.
- Bien, promit Adamsberg.
- Et chez eux, les pauvres, il pleut tout le temps.
Adamsberg regarda les vitres, sur lesquelles la pluie tombait sans discontinuer.
- Il y a pluie et pluie, expliqua Oswald. Ici, il pleut pas, ça mouille. [...]

Fred Vargas - "Dans les bois éternels" - page 64

Editions J'ai lu - 478 pages

 

challenge thriller Canel