la-faiseuse-d-anges-490360-250-400Quatrième de couverture :

Pâques 1974. Sur l'île de Valö, aux abords de Fjällbacka, une famille disparaît sans laisser de trace. La table est soigneusement dressée pour le repas de fête, mais tout le monde s'est volatilisé. Seule la petite Ebba, âgée d'un an, erre, en pleurs, dans la maison abandonnée. L'énigme de cette disparition ne sera jamais résolue.

Trente ans plus tard, Ebba revient sur l'île et s'installe dans la maison familiale avec son mari. Accablés par le deuil et la culpabilité après le décès de leur fils, ils nourrissent l'espoir de pouvoir y reconstruire leur vie, loin du lieu du drame. Mais à peine sont-ils installés qu'ils sont victimes d'une tentative d'incendie criminel. Et lorsqu'ils commencent à ôter le plancher de la salle à manger, ils découvrent du sang coagulé. C'est le début d'une série d'évènements troublants qui semblent vouloir leur rappeler qu'on n'enterre pas le passé.

De son côté, Erica s'était depuis longtemps intéressée à l'affaire de la mystérieuse disparition de l'île. Apprenant le retour de la seule survivante, elle se replonge aussitôt dans le dossier. Elle n'imaginait pas que l'affaire était si complexe. Elle n'imaginait pas que tout avait commencé il y a plus d'un siècle avec la faiseuse d'anges.

Mon avis :

C'est désormais une tradition pour moi de lire le Läckberg durant l'été.

Elle utilise toujours la même recette : des évènements actuels, reliés au passé, le tout saupoudré d'un peu de curiosité d'Erica, et du flair de Patrick. Certes, il n'y a aucune surprise à la lecture de ce nouvel opus, mais j'aime bien retourner à Fjällbacka une fois par an.

L'ensemble est assez efficace, mon préféré restant "L'enfant allemand".

Camilla Läckberg a désormais un lectorat "accro" à ses polars, et c'est vrai que c'est une lecture très distrayante.

Merci Sandrine pour le prêt !!!

Editions Actes Sud - 435 pages