saga parisienneQuatrième de couverture :

La grande ronde de la famille Ormen se déroule sur trois générations, épousant les convulsions de l'histoire et y ajoutant ses propres déchirures. Haines, amours, spoliations, secrets... c'est la vie qui va !

Le drame se noue en juillet 1942, opposant Pierre, résistant de la première heure, à son frère Amédée, vague collabo et vrai salaud. Mais dans cette lutte fratricide, le sort de la Nation n'est pas seul en cause.

Dans l'effervescence de la Libération, puis dans le Paris de la guerre d'Algérie et de Mai 68, chacun marche vers son destin en l'habillant de silence. Tout change, tout bouge... sauf la légende familiale. Pourtant, la mèche lente de la poudrière des vérités dérangeantes se consume inexorablement...

Mon avis :

Un gros pavé, certes, mais je n'ai pas eu l'impression d'escalader l'Everest. Ce livre m'a fortement rappelé "Les Eygletière" de Henri Troyat. Une saga sur plusieurs générations, dont les destins s'entremêlent. Les décisions de certains seront lourdes de conséquences pour d'autres. On traverse Paris de 1942 à nos jours. On voit la Capitale et la France évoluer, les mentalités françaises changer.

Certains personnages sont abjects, d'autres sont plus en demi-teintes. Mais rien n'est blanc ou noir. Les petites vilénies du quotidien émaillent le récit. Les protagonistes essaie de tirer leur épingle du destin qui se dessine pour eux.

Il s'agit d'une trilogie regroupée en un seul volume. Un roman captivant.

Editions Parigramme - 855 pages