l'amour sans le faireQuatrième de couverture :

Après dix ans de silence, Franck téléphone un soir à ses parents. Curieusement, c'est un petit garçon qui décroche. Plus curieusement encore, il s'appelle Alexandre, comme son frère disparu des années auparavant. Franck décide alors de revenir dans la ferme familiale. Louise, elle, a prévu d'y passer quelques jours avec son fils. Franck et Louise, sans se confier, semblent se comprendre. "On ne refait pas sa vie, c'est juste l'ancienne sur laquelle on insiste", pense Franck en arrivant. mais dans le silence de cet été ensoleillé et chaud, autour d'un enfant de cinq ans, "insister" finit par ressembler à la vie réinventée.

Mon avis :

« Solaire » : voilà l’adjectif qui définit le mieux ce magnifique roman ! C’est celui qui m’est tout de suite venu à l’esprit quand j’ai refermé ce livre.

Il s’agit pour moi d’un véritable coup de cœur. Croiser ces âmes cabossées par la vie et les suivre tout au long de leur guérison est un beau cadeau que nous fait Serge Joncour.

J’avoue qu’avant de lire le livre, son titre m’a beaucoup intriguée, me laissant même perplexe. Et au fur et à mesure de ma lecture, j’en ai saisi toute sa dimension et sa beauté. Ce titre indéfinissable se comprend au travers de l’histoire racontée, tout en subtilité et finesse.

J’ai tout aimé. J’ai aimé Franck, ses doutes, son envie de renouer avec ses racines, même s’il ne le réalise pas tout de suite. J’ai aimé Louise, sa luminosité, sa douceur et ses faiblesses. J’ai aimé Alexandre le Petit, le trait d’union entre ces deux adultes que tout rapproche et éloigne à la fois. Ce feu follet distille de la fantaisie au sein d'une famille blessée par la vie. Et j’ai aimé le cadre de l’histoire. Au fil des pages, on sent les rayons du soleil sur sa peau, la chaleur aoûtienne écrasante et l’odeur de la terre.

L’écriture est sublime, fluide, sans fioriture. Elle est belle et simple comme l’histoire qu’elle raconte.

Vous l’aurez compris, je suis complètement conquise par ce roman ! Il a ce don qu’ont certains romans : se dire que la vie, ça peut être simplement « ça »…

Merci M.Joncour pour ce bonheur de vous avoir lu !

Editions Flammarion - 320 pages

GPDL Elle2013

 

 

 

Ici, l'avis de Canel...