miséricordeAlors, tout d'abord, je vais vous donner un conseil que Canel prodigue assez souvent : surtout, ne lisez pas la quatrième de couverture !!!

Ce roman a été primé Policier du Grand Prix des lectrices Elle 2012.

Le personnage principal, Carl MØRCK, ressemble assez aux autres policiers de polars nordiques que l'on a coutume de rencontrer : un peu looser, un peu porté sur la boisson, malheureux en amour et rebelle vis-à-vis de sa hiérarchie...Il m'a un peu fait penser au Commissaire Wallander, le héros des enquêtes écrites par le suédois Henning Mankell ou à Harry Hole, celui de l'écrivain norvégien Jo Nesbo.

L'intrigue est efficace, même si j'ai assez rapidement deviné qui étaient les coupables. Mais l'intérêt du roman n'était pas exclusivement dans cela, mais aussi dans la façon dont le héros parvient à résoudre le crime. Et là, je me suis laissée prendre au jeu. Il est d'ailleurs aidé dans son enquête par Assad, un assistant d'origine syrienne, qui garde son mystère... 

L'auteur y dénonce aussi les travers de la société danoise, notamment le fonctionnement des institutions publiques, comme c'est là aussi souvent le cas dans les autres polars des pays du nord de l'Europe, à commencer par la célèbre série de Maj et Wahlöö, précurseurs du genre.

Pour moi qui ai l'habitude de lire BEAUCOUP des polars nordiques, ce livre n'est pas un renouvellement du genre, mais il reste agréable à lire : un bon moment de détente. Une suite est déjà parue : "Profanation".

Editions Albin Michel - 489 pages

challenge thriller