enfants de poussièreComme dans ses précédents livres, nous avons plaisir à retrouver Walt Longmire.

Quatrième opus de la série, nous découvrons un peu plus l'histoire du Shérif. Les flash-back sur la guerre du Vietnam révèlent au lecteur, au travers des souvenirs de Walt Longmire, la loterie que peut être une guerre: il y a ceux qui rentrent au pays, et les autres... Etre au mauvais endroit au mauvais moment, souvent pour une cause qu'ils ne comprennent pas vraiment, mais que leur sens du devoir les pousse à servir. Toute cette jeunesse américaine (et le pays tout entier avec eux) a perdu son innocence en combattant un ennemi dans un pays hostile. Ce sujet a des échos tellement actuels. On dit que l'Histoire se répète...

Ou bien le protagoniste principal de ce polar n'est-il pas plutôt le Wyoming et ses habitants ? Nous avons encore une fois le prétexte d'une intrigue policière pour voyager au fin fond des Etats-Unis, là où les touristes ne vont pas vraiment...

Craig Johnson a le talent de nous faire sentir l'odeur du café au restaurant du coin, la chaleur accablante dans ces villes fantômes où seule la poussière est encore vivante. Nous découvrons la rudesse des cowboys qui ne connaissent que ces étendues sauvages. Les histoires personnelles de ces hommes et femmes racontent à elles seules la dureté de la vie dans ces contrées éloignées des grandes villes. Nous nous attendons à découvrir au détour d'un chemin un convoi de pionniers.

L'amitié profonde qui unit le shérif à Henry Standing Bear est la porte d'entrée à la compréhension d'un peuple qui tente de maintenir sa mémoire et ses traditions. La douleur du peuple indien est lisible dans les conflits sous-jacents qui opposent les descendants des différentes tribus indiennes, mais aussi dans l'ironie et l'humour qui caractérise Henry Standing Bear.

Ce tandem inséparable permet à l'auteur d'aborder la notion de discrimination, si présente de nos jours, et qui a ses racines ancrées si profondément dans des siècles d'histoire. Ne serait-ce qu'en se penchant sur son passé de combattant, Walt Longmire se pose lui-même la question : est-il raciste ? Le « politiquement correct » américain n'existe-t-il pas pour cacher ces préjugés ? Cette façade a tendance à se craqueler au détour de conversations parfois anodines.

Craig Johnson réussit encore à nous surprendre en nous faisant voyager dans l'espace et le temps. L'intrigue très bien ficelée garde le lecteur en éveil. Les évènements d'aujourd'hui sont les conséquences d'hier. Les sujets d'actualité sont abordés de manière subtile.

L'humour accompagne toujours les pensées du shérif Longmire,ce qui le rend d'autant plus sympathique. J' éprouve une certaine tendresse à son égard, sans doute à cause de toutes ses blessures qui ne se sont pas encore refermées. Mais il est en bonne voie de guérison, notamment grâce à son adjointe, Vic : une vraie Calamity Jane du vingt-et-unième siècle !!!

Alors, oui, je l'avoue, je suis une fan inconditionnelle de Walt Longmire. Dès la parution de Little Bird, j'ai eu un coup de coeur qui se confirme au fil des livres... La prochaine aventure du Shérif Longmire et de ses acolytes sortira en février 2013 sous le titre "Dark Horse".

Editions Gallmeister - Noire - 323 pages

Little birdle camp des mortsl'indien blanc

challenge thriller